Ancien lieu d'enfouissement sanitaire

Exploité durant 29 ans sur les terrains actuels de la RIDT à Dégelis, la ville de Dégelis avait débuté les opérations d'un lieu d'enfouissement sanitaire en 1979. Les terrains servant pour ces opérations ont été recouverts et cette partie du site fermée en 2009.

Depuis ce temps, l'enfouissement des déchets se fait dans le lieu d'enfouissement technique selon les règles et les suivis requis par la réglementation en vigueur, notamment le Règlement sur l'enfouissement et l'incinérateur des matières résiduelles.

Vue aérienne LES-LET avec date


En 1977
, la corporation municipale de la ville de Dégelis a débuté des recherches et des études afin de pouvoir trouver un terrain conforme à l’implantation d’un lieu d’enfouissement sur son territoire.
Après de nombreuses démarches sur plusieurs terrains (13 au total), tous les paramètres ciblent le terrain actuel pour l’implantation d’un lieu d’enfouissement. Les terrains visés couvrent alors les lots 21-B à 25-B.

Plan terrains prévus 1979-08

Bien que le projet n’ait pas été poursuivi en ce sens, un des objectifs de la ville à cette époque, était d’établir à proximité immédiate du futur lieu d’enfouissement sanitaire les systèmes de traitement des eaux usées de la ville. Ils ont plutôt été construits ailleurs depuis ce temps.

 

En août 1979, le Service de protection de l’environnement du Gouvernement du Québec a émis à la corporation municipale un certificat de conformité pour l’établissement d’un lieu d’élimination des déchets solides.
L’autorisation est valable pour les opérations sur les terrains d’une partie des lots 23-B, 24-B et 25-B rang A Est Rivière-Madawaska de la Seigneurie de Madawaska à Dégelis. Il s’agit des terrains actuels, qui sont la propriété de la RIDT.

Certificat de conformité LES 1979 08


En 1980 débute l’exploitation
de ce lieu d’enfouissement sanitaire par atténuation naturelle, conforme à toutes les normes en vigueur à cette époque. Le volume total autorisé pour l’enfouissement de déchets sur terrains visés est de 746 150 m³.
Cela doit permettre, à l’époque, que le site d’enfouissement soit en activité jusqu’en 2044 pour les 5 municipalités utilisatrices.

Le taux de compaction visé, en 1979, était de 297 kg/m³, ce qui signifie que dans un mètre cube de volume utilisé, l’exploitant pouvait compacter 297 kg de déchets. Vue aérienne début LES br

 

En février 1981, une première entente intermunicipale intervient pour le ramassage et l’enfouissement sur ce site. L’entente touche les municipalités de Dégelis, Auclair, Packington, St-Eusèbe et St-Juste-du-Lac.

À partir de janvier 1998, les déchets de Cabano et Notre-Dame-du-Lac sont aussi apportés pour être enfouis.

En décembre 1999, quelques municipalités qui utilisent le lieu d’enfouissement et le service de collecte et de transport des déchets forment la Régie intermunicipale des déchets de Témiscouata, RIDT.

En mars 2007
, un décret ministériel forme la nouvelle RIDT qui est composée de l’ensemble des 20 municipalités de la MRC de Témiscouata.


En 2008, les travaux de construction du nouveau lieu d’enfouissement technique commencent à Dégelis. Ces travaux ont été réalisés en conformité avec les règlements en vigueur et selon les autorisations délivrées en 1979 (même volume total et même terrains).

En janvier 2009, le nouveau lieu d’enfouissement commence ses opérations. Cela représente un investissement de 5 millions de $ pour permettre de poursuivre d’exploiter le lieu d’enfouissement sur une période de 28 ans, selon les études de l’époque. Les 20 municipalités de la RIDT sont propriétaires des installations et un représentant de chacune d'elle forme le conseil d'administration de la RIDT.

Il est important de mentionner qu'aucun autre terrain que les parties autorisées des lots 23-B, 24-B et 25-B (propriété ou non de la RIDT) ne peut être utilisé pour des opérations d’enfouissement. Les agrandissements de cellules (hors de celles prévues dans l’autorisation initiale) ne sont plus acceptés par le Gouvernement et tout autre développement devrait être soumis aux procédures du Bureau sur l’audience publique sur l’environnement.

Étant donné les normes actuelles et la situation géographique du lieu d’enfouissement, cela signifie que lorsque la capacité totale autorisée aura été atteinte pour le lieu d’enfouissement situé à Dégelis, l’ensemble des déchets de la région devront être exportés en dehors du Témiscouata. L’impact financier pour les citoyens et les entreprises utilisatrices de ce lieu sera alors conséquent car les coûts de disposition seront plus importants et les coûts de transport beaucoup plus élevés.